Sélectionner une page

Nous relayons ici un article rédigé par le collectif Sauvons les Gohards faisant le point sur la lutte contre la ZAC Doulon Gohards à Nantes.

Bonjour tout le monde, 

Cela fait longtemps que nous n’avons pas donné de nouvelles de Sauvons les Gohards ! 

Après un premier semestre 2023 très dense, et une belle mobilisation fin juin, nous avons continué à agir pour préparer la suite de l’aventure : 

Nous voilà publiquement de retour ! 

plus déterminé-es que jamais à faire enterrer le projet de la ZAC Doulon Gohards. 

Où en sommes-nous ? 

Voici un petit récap’ de la mobilisation, des épisodes précédents et des défis à relever dans les semaines à venir ! 

Une première victoire 

Cela fait juste un peu plus d’un an que nous nous battons et jusqu’ici notre mobilisation a été gagnante : nous avons empêché les promoteurs vautours de détruire la zone et d’anéantir les espèces protégées ! En octobre 2022, nous avons occupé les terres de Doulon à travers une première action collective de résistance pour empêcher leurs destructions. Au départ prévus à l’automne 2022, les travaux de construction n’ont toujours pas commencé. De nouvelles actions ont depuis été menées et nous comptons bien continuer ainsi jusqu’à l’abandon du projet.

La chaude mobilisation du 25 juin : tout le monde déteste le béton ! 

Cette journée a été rythmée par les actions de défense et de réappropriation des terres de Doulon. Au début de l’année, le premier champ des Gohards menacé  par l’artificialisation avait été entièrement grillagé pour empêcher les habitant•es d’accéder au terrain en le privatisant. Pour défendre les Gohards, nous avons libéré le champ des grilles ! Depuis, nous, humains et non humains, pouvons de nouveau profiter de ce bel endroit ré-ensauvagé. Ce champ est depuis lors, de nouveau un commun !

Lire +  Abaya : le look émissaire

Nous avons également construit des jeux de bois au bord du ruisseau, fabriqué des bombes à graines avec les enfants pour favoriser les pollinisateurs et réparer le milieu, et cultiver le jardin des ronces. Une belle journée qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes malgré une chaleur accablante ! 

Une bataille juridique qui commence à peine 

Le 21 juillet dernier, le Tribunal administratif de Nantes a rejeté le recours que nous avions formé contre le permis de construire accordé le 11 août 2022. Si les promoteurs et Nantes métropole pensent qu’on en a fini, ils se trompent ! 

Le président de la chambre a reconnu qu’il y avait un doute sérieux sur la présence de zone humide sur le terrain concerné. Nous sommes en train de constituer les preuves de sa présence et nous engageons une procédure au Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de cette décision.

En parallèle, en juillet 2022, nous avons contesté l’Autorisation environnementale octroyée par la préfecture pour permettre à la métropole de ravager la biodiversité de Doulon. Nous ne laisserons pas les promoteurs et la métropole détruire le bouvreuil pivoine, le campagnol amphibie ni l’ensemble de la faune et de la flore qui vit dans les Gohards. Le jugement devrait avoir lieu d’ici fin 2024.

Dans tous les cas, cette bataille juridique ne pourra se gagner que si on la mène dans la rue et dans les champs ! 

Et maintenant ? 

Après notre échec au tribunal administratif, les promoteurs et Nantes métropole pensent qu’ils ont eu raison de nous et tentent avec beaucoup de difficultés de vendre les logements du vallon des Gohards nord. Il se pourrait que des travaux puissent commencer début 2024. 

Lire +  Pourquoi la ZAC Doulon-Gohards est un projet antisocial et anti-écologique ?

Nous avons réussi à empêcher les travaux pendant plus d’un an, nous pouvons encore les faire reculer, jusqu’à l’abandon du projet ! En combinant les actions juridiques, la pression populaire et l’élaboration d’alternatives, nous pouvons l’emporter ! Et c’est ce que nous comptons faire. 

Le collectif Sauvons les Gohards est rejoint et soutenu par un nombre croissant de personnes et d’organisations. Après Extinction Rebellion Nantes, Nantes en commun, le MNLE, ce sont plusieurs sections de la CGT qui ont rejoint la lutte : la CGT mairie de Nantes, la CGT ingénieurs, cadres et techniciens, et l’union locale de Nantes de la CGT. La prochaine mobilisation est également soutenue par les comités locaux de l’ouest des Soulèvements de la terre, et la Tête dans le sable qui lutte contre les carrières de sable Lafarge. 

Construire un autre projet pour Doulon 

Il est devenu inacceptable d’artificialiser des sols naturels dans le contexte actuel de dérèglements climatiques, de sécheresse et de chaleurs estivales infernales. Défendre les terres de Doulon, c’est aussi les habiter autrement. C’est prendre soin des espèces qui y vivent mais aussi re-communaliser et cultiver ces anciennes terres maraîchères et créer des lieux de vie alternatifs dans le quartier. Si de nouveaux logements doivent être construits, cela ne peut se faire que sur les sols déjà artificialisés, déjà très

Nous le savons, la plupart des habitant-es de Doulon sont opposés à ce projet. Aucune concertation n’a réellement eu lieu ni avec les habitant-es du quartier, ni avec ceux de la commune. C’est donc à nous d’élaborer un autre projet par nous-mêmes. 

Lire +  Projet Paridis 21 : ralentir l'extension du centre-commercial via l'enquête publique

Ensemble, habitant-es, militant-es, agents syndiqués de la ville de Nantes, aidés par des urbanistes, des architectes et des naturalistes engagés, élaborons un projet qui tourne le dos à la bétonisation et à la métropolisation. 

Participez aux différents temps d’atelier : 

  • Jeudi 30 novembre à 19h à la Maison du peuple de Nantes 
  • Mercredi 6 décembre à 19h à la Maison des syndicats pour une réunion publique et un atelier 
  • Samedi 9 décembre lors de la journée de mobilisation rue Henri Loiret, toute la journée à partir de 10h 
  • Mercredi 20 décembre à 19h à la Maison du peuple de Nantes 

Se défendre contre la bétonisation Défendons les terres fertiles de Doulon et montrons notre détermination samedi 9 décembre, par notre nombre et par les actions que nous mènerons collectivement. Sur le site qui a vocation à disparaître sous le béton dans les mois à venir, rassemblons-nous pour une journée d’actions pleine de surprises. Nous poserons les fondations d’un autre projet pour Doulon, nous sèmerons les graines de notre avenir, et nous dessinerons ce que nous voulons pour demain.