Sélectionner une page

De Nuit Debout aux Gilets Jaunes, en passant par les comités de lutte contre les violences policières, les mobilisations contre des projets anti-écologiques et imposés, ou encore les mouvements municipalistes : le questionnement sur notre démocratie devient de plus en plus prégnant. 

L’affirmation que “nous ne sommes pas en démocratie” se répand et se renforce, et vient ébranler les bases de notre société. 

Que nous soyons dans un régime représentatif respectant un certain nombre de droits fondamentaux (bien que ce soit de moins en moins le cas), cela reste une certitude. En revanche, dans son sens radical, nous ne sommes pas en démocratie.

Même la promesse de la démocratie représentative n’est pas tenue. Les représentant·es du peuple à l’Assemblée nationale sont chaque mandat plus éloignés du peuple : de moins en moins paritaire, plus blanche, plus vieille, plus diplômée, plus bourgeoise…. Rappelons que les ouvriers n’y sont représentés qu’à 0,9 % contre 12,1 % dans le pays, et les employés à 4,5 % dans l’hémicycle, contre 16,1 % dans la population française. 

Faut-il parler des ministres sous Macron ? Les membres du gouvernement d’Elisabeth Borne détiennent 1,9 million d’euros de patrimoine en moyenne, et la majorité d’entre eux fait partie des 10 % les plus riches du pays ! 

Pire, nos possibilités réelles de choisir nos dirigeants sont minimes : Macron est d’ailleurs le président le moins bien élu de la Ve république, imposé par une minorité à une majorité qui a choisi par défaut ce candidat plutôt que le cauchemar de l’extrême-droite. 

Les élections permettent à une élite de se maintenir au pouvoir et sont davantage caractéristiques d’un régime représentatif que d’une démocratie véritable. Cette évidence apparaissait déjà dans les débats au moment de la Révolution française sur le régime à choisir, ou dans la Grèce Antique quand Aristote distinguait les différents types de gouvernement. 

Lire +  L’urgence du plafonnement des loyers

Nous vivons à une époque où l’économie toute puissante nous impose ses diktats, rythme nos vies et détruit tout sur son passage jusqu’à la possibilité pour les humains de continuer à vivre sur terre. Le tout sans notre consentement. 

Construire une démocratie véritable devient une nécessité vitale. 

Nous entendons par démocratie radicale, la capacité à pouvoir comprendre et faire évoluer la société, la capacité à s’auto-déterminer collectivement. Dans un système capitaliste qui nous dépossède des savoirs et des savoir-faire et de notre capacité à agir sur notre milieu de vie, la démocratie radicale est empêchée, elle est à construire, toujours à venir, et peut constituer une voie de sortie du marasme et des multiples crises que nous traversons. 

Depuis toujours les forces populaires résistent au pouvoir autoritaire capitaliste, depuis toujours des villages, des villes, des quartiers, des peuples entiers parfois se sont organisés pour faire vivre une démocratie radicale : la Commune de Paris, les communes libres du Moyen-Âge, les paysans de la Grande Jacquerie, les Basques, les Kurdes en Syrie du nord et de l’est, les zapatistes du Chiapas. 

Aujourd’hui, les lieux d’entraide et d’auto-organisation habitante se multiplient aussi et forment une nouvelle force que nous appelons à Nantes en commun, le pouvoir habitant. 

Ensemble, continuons de dessiner les contours d’une démocratie radicale et organisons-nous pour faire exister cette nouvelle voie. 

Rendez-vous aux Rencontres du pouvoir habitant les 27, 28 et 29 janvier prochain pour discuter avec celles et ceux qui construisent au quotidien cette démocratie radicale et celles et ceux qui la pensent pour inspirer nos actions. 

Lire +  Plafonnement des loyers à Marseille : Nantes doit entrer dans le mouvement.

Retrouvez le programme ici : Rencontres nationales du pouvoir habitant – Edition #2 : la démocratie radicale | Nantes en commun·e·s

Sur la composition de l’Assemblée nationale, voir les articles de France 24 : Assemblée nationale : quelques députés d’extraction populaire parmi une forêt de cadres supérieurs (france24.com)

Sur le gouvernement : Déclarations des ministres : le gouvernement, plus riche qu’en 2017, compte dix-neuf millionnaires (lemonde.fr)