Sélectionner une page

Alors que les États généraux de Nantes s’ouvrent ce vendredi 11 octobre 2019, nous récoltons déjà depuis plusieurs semaines les doléances de nos ami•e•s, nos voisin•e•s et d’inconnu•e•s toutes et tous habitants de Nantes !

Mauricio, habitant du quartier de Chantenay rencontré le 2 août, partage son désir d’une ville où tout le monde pourrait se loger sans craindre d’être à la rue ou relégué loin du centre-ville.

Comme Mauricio, venez porter votre voix et vos doléances pour votre ville. Il est temps que les habitantes et habitants reprennent la main ! ✊

portrait réalité par Raphaël Le Falher

Fadia, habitante du quartier de Malakoff rencontrée le 5 octobre, partage son sentiment de ne pas toujours se sentir en sécurité dans la ville, et son sentiment d’injustice face à une police qui semble plus là pour contrôler que pour protéger.

Idem

Marie, habitante du quartier de Bouffay rencontrée le 11 septembre, partage sa crainte de voir Nantes devenir une galerie marchande où les rues ne seraient plus faites que de grandes enseignes commerciales.

idem

Yves, habitant du quartier de l’Ile de Nantes rencontré le 10 septembre, partage sa volonté que les transports soit une chose accessible à toutes et tous peu importe ses revenus. Ainsi que l’espoir d’une ville où nous ne serions plus contraints de vivre loin de notre lieu de travail ou des lieux de divertissement.

Idem

Emma, habitante du quartier de Doulon rencontrée le 29 septembre, partage sa crainte de voir Nantes noyée sous le béton et ne veut pas d’une ville de plus en plus dense où la nature n’aurait plus sa place.

Lire +  Dissolution de Nantes Révoltée : Qui sera le prochain ?