Sélectionner une page

Lundi sonnait la rentrée et les professeurs du collège Aristide Briand sur l’Île de Nantes ont refusé d’entrer en classe. Un geste de colère et d’exaspération face à des classes surchargées, des moyens toujours plus faibles et un métier qui n’a plus de sens. Depuis 10 ans les personnels de ce collège public alertent : « Ça fait dix ans qu’on se bat, qu’on alerte car nous sommes dans un quartier où la population a énormément augmenté et nous sommes le seul collège public ». Cette situation fait écho à celle que l’on rencontre partout en France.

Pourtant, le cri de ces enseignants restera vain car en cette rentrée – du ministre à nos édiles locales – l’attention se porte sur un problème tout autre ! L’abaya ! (pour ne pas tout simplement dire “robe longue” car la langue de Molière sonne toujours moins effrayante. A noter donc, si l’anglais reste le plus adapté pour la smart city, l’arabe conviendra mieux pour alimenter les idiotes hystéries).

La polémique habilement lancée sur ces robes longues, nouveau bouc émissaire du gouvernement, cache – ironie de l’histoire – la destruction du service public de l’éducation.

Ce gouvernement fait diversion. Pour cela, une nouvelle fois, il nourrit les discours réactionnaires et islamophobes. L’interdiction des “abayas” n’est pas qu’une mesure autoritaire qui défie les principes fondamentaux des droits civiques – c’est aussi une avancée majeure et dramatique dans la stigmatisation de plusieurs millions d’habitants de notre pays. Nous dénonçons avec force la complaisance de nos élus locaux qui ont soutenu la mesure – à commencer par Johanna Rolland, maire de Nantes – à l’heure où, plus que jamais, Nantes devrait faire figure d’exception dans le paysage oppressant et raciste qui s’affirme en France.

L’Etat bafoue les principes de la laïcité en cherchant à définir ce qui tient du religieux et ce qui n’en tient pas.” La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.” Comment définir qu’une telle robe longue est religieuse et qu’une autre ne l’est pas ? De la même façon, pourquoi telle barbe serait laïque et telle autre intégriste ? À partir de combien de centimètres ? En fonction de quelle texture ?  À quelle nuance de couleur de la peau de celui ou celle qui l’arbore ? 

Lire +  Futur CHU : quand l'égo coûte 86 000 € de légo !

La laïcité c’est la neutralité religieuse des agents de l’Etat, et pas la police des vêtements des citoyen-nes, ni des usager-es des services publics. La laïcité porte en elle une promesse de cohabitation pacifique dans le pays et pas la guerre contre les religions minoritaires. 

Contrôler des lycéennes, les empêcher d’aller au lycée pour un crop-top ou une abaya, ne permet aucune émancipation. 

Le discours raciste contenu dans ces mesures autoritaires est alarmant. Et, le gouvernement, cherchant à dissimuler l’ignominie de ses logiques néolibérales, ne fait qu’attiser la bête fasciste grandissante.

Nous exprimons notre soutien à toutes les adolescentes, qui subissent le contrôle de leur tenue et toute l’humiliation contenue dans cet acte.