Sélectionner une page

En 2018, nous, habitantes et habitants de Nantes, avons initié, par nous-mêmes, la construction d’un mouvement politique pour nous réapproprier nos vies. 

En construisant Nantes en commun, nous nous sommes réappropriés la politique. Depuis 3 ans, nous posons les bases d’un autre monde, en reprenant, ici et maintenant, la main sur nos moyens de nous nourrir, de nous éclairer, de nous chauffer, de nous loger, de nous réunir, de nous instruire,… 

En 2020 et en 2021, la résonance de nos actions concrètes du quotidien fut visible lorsque des milliers de personnes exprimèrent, par leur vote, un soutien à nos candidatures aux élections municipales puis aux élections départementales. 

Depuis 2019, nous sommes devenus une force politique nantaise incontournable au service de la construction d’une écologie populaire par et pour les habitants, par les actions que nous menons et par nos résultats aux élections municipales et départementales. 

L’année qui s’annonce nous confronte à de nouvelles nécessités. 

L’élection présidentielle est un moment politique incontournable dans notre pays. Dans cette Vème République où le président concentre tous les pouvoirs, la personne élue aura un poids énorme sur nos vies. 

Au moment où les crises sociales et écologiques s’intensifient et que les forces réactionnaires d’extrême-droite progressent sur tous les terrains, nous ne pouvons pas ne pas nous positionner. 

Et parce que nous serons les premières victimes des politiques de droite et d’extrême droite, nous n’avons pas le privilège du choix de l’inaction. 

C’est pourquoi ces dernières semaines, au fil de discussions, de rencontres publiques et d’échanges nous nous sommes posés la question : que faire en 2022 ? 

Lire +  2nd tour : Le monde d'après se construira bien en dehors de la mairie

Voici notre réponse : nous devons soutenir la meilleure chance d’éviter le pire. 

Une candidature nous offre l’occasion d’ouvrir d’autres voies pour l’avenir. Nous faisons le choix de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon. 

Jean-Luc Mélenchon est, aujourd’hui, le candidat le plus à même d’emporter une adhésion suffisamment large pour faire face aux forces conservatrices et réactionnaires. Déjà, de nombreux militant·e·s syndicaux, écologistes, associatifs, des mouvements sociaux s’engagent pour sa campagne, notamment au sein du Parlement de l’Union populaire. 

Sa victoire serait synonyme de sûreté et d’espoir pour toutes celles et ceux qui souffrent depuis des décennies des politiques néolibérales, racistes, écocidaires… Elle nous donnerait aussi la possibilité d’utiliser notre énergie pour construire et non simplement pour résister au rouleau compresseur.

Nous qui dénonçons à Nantes la politique d’attractivité faite pour les investisseurs, nous choisissons le seul programme d’un candidat susceptible de gagner qui résistera à la vague néolibérale.

Nous qui craignons davantage le fascisme que le grand remplacement, nous voterons pour le seul président qui n’intégrera pas de ministres issus de l’extrême droite dans son gouvernement.

Nous qui voulons que le peuple reprenne le pouvoir à travers nos communes, nous soutenons l’organisation d’une Assemblée Constituante et l’avènement d’une VIème République.

Nous qui défendons l’écologie populaire, nous saluons l’Avenir en commun comme le programme le plus abouti en matière de transformation écologique, et celui qui répond le mieux aux attentes des plus précaires d’entre nous.

Parce qu’un engagement doit se traduire en actes, parce que l’action de terrain peut faire la différence, nous nous engagerons activement dans la campagne.

Lire +  Venue de Jean Castex à Nantes

Nous organiserons des rencontres, des tractages et nous invitons toutes celles et ceux qui veulent agir et donner de la force à cette dynamique, à se joindre à nous. 

Enfin, les élections législatives seront aussi une occasion de porter des candidatures populaires et habitantes et nous comptons bien la saisir !

Dans tous les cas de figure, nous aurons besoin de député·e·s de combat. 

Nantes doit envoyer des représentant·e·s à l’image de Nantes : un territoire où on invente un modèle social d’écologie populaire et où les habitant·e·s font leurs villes, en refusant de se voir imposer les logiques mortifères de la marchandisation. Nantes, ville re-belle, doit se faire entendre à l’Assemblée nationale. 

Nous prendrons notre part aux élections législatives pour briser l’hégémonie de LREM et de ses associés sur les 10 circonscriptions de Loire-Atlantique.

Comme à notre habitude, nous mènerons une campagne joyeuse, porteuse d’espoir.

On appelle toutes les personnes qui veulent faire la campagne de la présidentielle avec nous à la première réunion de campagne le mardi 22 février à 20h au Chapeau rouge