Sélectionner une page

En distribuant nos dépliants dans la rue, la réaction que nous entendons le plus est qu’il n’y a pas d’avenir. 


Ce sont les catégories de la population les plus isolées et exclues de la cité qui nous disent ça, les jeunes, les personnes âgées, des personnes précarisées. Cette réaction montre que nous avons mis le doigt sur quelque chose : il ne suffit pas de jouer les pompiers pour éteindre les effets de la crise, mais aussi de redonner un horizon, un projet de société désirable. 

Le contexte général et politique actuel est particulièrement déprimant, voire accablant, et rien ne semble changer. Après plus d’un an de crise sanitaire et toutes les crises que nous vivons, l’enseignement de cette campagne est bien que la priorité est de reconstruire l’avenir ! 

Et c’est à nous de reconstruire l’avenir. Nous, habitantes et habitants, en commençant localement, en s’inspirant d’ailleurs et en inspirant les autres. À Nantes en commun, nous n’avons aucune intention de nous résigner  ou de nous accommoder d’un système à bout de souffle. C’est pourquoi, par tous les moyens, nous voulons porter d’autres voies avec de nouveaux visages. 

Aujourd’hui, nous le faisons à travers les élections départementales. Car le département porte les politiques de solidarité et correspond à un bassin de vie concret et appropriable. C’est l’échelle pour construire l’autonomie locale, repenser et relocaliser les réponses à nos besoins et instaurer une véritable coopération intercommunale, entre des communes démocratiques, faites par et pour les habitant·e·s.  

Rappelons-nous : un canton peut à lui seul faire basculer le département ! La majorité départementale sortante ne tient qu’à deux sièges au sein du Conseil départemental. En faisant gagner, ne serait-ce qu’un binôme Nantes en commun, nous gagnons le pouvoir de d’influencer tout le Conseil départemental en devenant de véritables arbitres dans l’institution, au service des habitantes et des habitants. 

Lire +  La Zad, finalement, est partout !

Pour porter ce message, les membres de Nantes en commun ont arpenté les rues pendant des semaines. Nous étions sur les marchés, aux arrêts de tram, dans les rues, sur l’Erdre avec l’ImpertiNantes, près des terrasses, à discuter, jouer de la musique, chanter et débattre. Tout ça, en continuant à vous servir à boire au café du Chapeau rouge, à préparer le lancement d’EDN, Énergie de Nantes, et à donner des cours à l’INÉA

Nous avons mené une campagne joyeuse et enjouée pour continuer à nous réapproprier la politique, étape nécessaire pour reconstruire l’avenir. 

Reconstruire l’avenir, c’est mener des actions de transformation sociale, c’est construire des communs qui formeront les bases d’un nouveau modèle de société. Dimanche, soutenez un mouvement et des personnes qui agissent dans ce sens.

Dimanche votez pour des bâtisseurs et des bâtisseuses avec qui nous reconstruirons l’avenir !