Relancer la cantine scolaire pour distribuer un repas gratuit par jour pour les enfants des familles les plus modestes

Les cantines scolaires permettent aux familles les plus précaires d’assurer au moins un repas complet et équilibré par jour à leurs enfants, à moindre frais ou gratuitement. 

Or, depuis leur fermeture, il est de plus en plus difficile pour les familles modestes d’assurer deux repas complets par jour à leurs enfants. Le CCAS de la ville de Nantes accompagne nombre de situations difficiles, notamment grâce à des aides financières. Néanmoins, chaque jour, de nouvelles familles viennent chercher de la nourriture auprès d’associations et collectifs qui pourvoient de l’aide alimentaire. Les réponses bénévoles, l’engagement des associations et l’art de la débrouille vont vite atteindre leurs limites si l’institution ne participe pas davantage à l’effort. D’autant que la fin du confinement ne marquera pas la fin de cette urgence alimentaire : au contraire, la crise économique dans laquelle nous entrons risque d’empirer la situation. 

C’est pour cette raison que nous appelons la mairie de Nantes à organiser la réouverture des cantines scolaires et la distribution d’un repas gratuit par jour pour les enfants des foyers bénéficiaires de tarifs sociaux, de maternelle et de primaire. Une réorganisation des cantines sera bien sûr nécessaire pour assurer la protection des agents et des conditions de travail décentes. Cette solution d’urgence permettra aux parents de venir, avec des contenants, chercher un repas par jour, dès demain et après le 11 mai — puisque l’on sait maintenant que l’école se fera par roulement à la sortie du confinement. La ville pourrait, a minima, reverser l’aide pour la cantine scolaire sous forme de chèques solidaires aux familles concernées.

Lire +  Nos quartiers en commun · le 24 avril, on lance les enquêtes de quartiers !

Ce choix se justifie d’autant plus que le confinement a permis à la ville de faire des économies sur le budget de la cantine scolaire. Ces économies doivent être redistribuées pour venir en aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin. 

De la même façon, nous appelons le Département de Loire-Atlantique à redistribuer l’aide départementale pour la restauration scolaire en collège — cette aide est habituellement reçue par les établissements scolaires directement. La redistribution pourrait se faire, par exemple, sous forme de bons ou de chèques solidaires, ou bien en complément des aides sociales mensuelles.
La commune landaise de Linxe, par la distribution d’un repas par jour et le Département de Haute Garonne, par la mise en place de chèques solidaires, ont ouvert la voie. Suivons ces exemples. Parce que nous voulons vivre dans une ville qui prend soin des personnes les plus fragiles et donc de tous ses habitant·e·s. Parce que nous voulons vivre dans une ville solidaire.