Sélectionner une page

Réaction de Nantes en commun suite à l’abandon du projet d’arbre aux hérons

Alors que le monde brûle, la seule ambition de Johanna Rolland était de construire un parc d’attractions dans des conditions légalement douteuses pour attirer toujours plus de touristes. Comme pour le YelloPark, il s’agit d’une fuite face aux affaires politico-financières davantage que d’une remise en question d’une politique catastrophique, du point de vue écologique, social, démocratique. 

Abandon de l’aéroport. Du YelloPark. De l’arbre aux hérons : 

Trois abandons qui forment une direction : celle de la prise en compte contrainte des enjeux écologiques par des élus qui ne jurent que par la croissance et l’attractivité. Mais aussi celle d’un pouvoir métropolitain sans pouvoir ni projet. 

Il est bon de voir les apôtres de la fuite en avant perpétuelle enfin obligés d’atterrir et de se soumettre aux limites naturelles, et aux attentes des habitant·es. 

Par contraste avec ce revirement tardif, mais salutaire, on est frappés par le vide de la politique menée depuis des années à Nantes. Aucune vision ni direction politique véritable, on déclare, on fait tout et son contraire : des projets de l’ancien monde de plus en plus mis à mal, du saupoudrage écologique, un peu de social par-ci par-là. 

Dans quel monde peut-on encore envisager de bétonner 50 ha de terres fertiles comme à Doulon ? Peut-on encore continuer à étendre les zones commerciales comme à Paridis, ou dans l’ancien collège Notre-Dame de Bon Conseil ? Peut-on encore démanteler le réseau ferré comme sur l’île de Nantes ? A nous de faire échouer ces projets écocides !

Lire +  Non au pass sanitaire et à sa logique autoritaire et individualiste, oui à une véritable politique de santé face au covid-19

La majorité enchaîne les déconvenues, surtout depuis les résultats du premier tour de la présidentielle : la vision tout-pour-la-croissance n’est plus majoritaire dans cette ville.  

Et, nous qui agissons depuis plusieurs années à Nantes sur les batailles locales et globales, nous nous en félicitons. Nous continuerons.

Celles et ceux qui font Nantes en commun portent plus que jamais une alternative indispensable. Face à leur folie passéiste, nous sommes l’avenir. 

RDV le 15 octobre pour fêter ça ! Plus d’infos à venir.