Sélectionner une page

À l’heure où le prix de l’essence ne cesse d’augmenter et où l’urgence écologique nécessite une sortie des énergies fossiles, nos villes doivent se détourner de la voiture sans se transformer en ghettos de riches et fermer les portes de la ville aux habitant·es repoussés par la gentrification.
? À Nantes, d’anciennes gares de proximité sont encore debout et les voies ferrées encore en fonctionnement pour le transport de marchandises. Pourquoi ne pas les réinvestir et remettre en marche des trains qui permettront de quitter leurs voitures à de nombreux travailleurs et travailleuses ? Pourquoi ne pas utiliser ces voies pour du fret au sein de la métropole et du département ?

Cette option est techniquement possible, les voies sont là, les savoir-faire aussi. Manque juste la volonté politique.

▶ On pourrait alors créer des dessertes de livraisons de colis (fret léger) entre les plateformes logistiques pour éviter les camions entre Carquefou et l’Île de Nantes, entre Chantenay et l’Île de Nantes. Alors que nous sommes une région où la part du fret est particulièrement faible (3% contre 9% en France), cette politique serait salutaire.

▶ Du côté passager·es, on peut également créer un axe entre Carquefou et l’île de Nantes, ainsi que vers Chantenay, ou encore entre La Chapelle-sur-Erdre et Rezé. Alors que le transport routier est complètement bouché autour de Nantes, le réinvestissement de l’étoile ferroviaire permettrait de faire respirer le pays nantais !

❌ Malheureusement, ce n’est pas du tout ce vers quoi se tourne Nantes métropole, la préfecture et le conseil régional. Au contraire, pour pouvoir construire toujours plus de logements sur l’île de Nantes, la métropole projette d’amputer l’avenir en programmant le retrait de toutes les voies sur la ligne Est-Ouest. C’est un retournement politique puisque jusqu’ici, il était prévu de préserver au moins six voies. Cette mesure serait irréparable, et doit être empêchée.

Lire +  Le 7 juin : mobilisons-nous pour l'hôpital et les soignant•es

?Dessiner une autre ville, écologiste, vivable et accessible pour toutes et tous, c’est possible ! Forçons la métropole et la préfecture à faire des choix d’avenir. De vrais choix d’avenir.

? RDV ce soir pour en discuter avec la CGT Cheminots, à 18h30 au café du Chapeau rouge.

? RDV mardi 21 juin, à partir de 11h30 jusqu’à 14h30, à Nantes État, boulevard Gisèle Halimi, avec la CGT Cheminots