Sélectionner une page

Communiqué de la Maison du peuple et de la Base le 30 octobre au soir.

En cette veille de la trêve hivernale, le collectif de la MDP vient de réquisitionner un lieu pour ouvrir une Maison du peuple temporaire afin de répondre à l’urgence sociale en attendant la mise à disposition d’un bâtiment par la mairie. Cela fait des mois que nous attendons un rendez-vous avec la mairie qui s’est engagée à nous recevoir pour trouver une solution. Ne pouvant plus attendre, nous avons décidé d’agir.

Nous sommes actuellement dans un bâtiment de plus de 1 800m2, vendu à un promoteur immobilier pour transformer un foyer de jeunes travailleurs en nouveaux logements haut standing en cœur de ville. On va détruire 89 logements très accessibles et en très bon état pour construire seulement 8 appartements de luxe et quelques bureaux !

Bref, un nouveau projet immobilier d’attractivité au profit des promoteurs immobiliers et qui alimente l’embourgeoisement de Nantes.

Le lieu est vide depuis plusieurs semaines alors qu’il pourrait accueillir des personnes à la rue, des collectifs et associations culturelles et militantes, et les travaux ne débuteront pas avant 2022.

L’association qui gérait se lieu s’appelle l’Edit de Nantes qui a à cœur de préserver des logements pour jeunes travailleurs en centre-ville, de lutter contre « toute forme de discrimination et d’exclusion », et d’agir pour « l’autonomie, la responsabilité, la participation active et la solidarité ». Nous ne doutons pas qu’ils reconnaîtront le bien fondé de cette réquisition citoyenne porteuse des mêmes valeurs que les leurs.

Lire +  Ce que nous pensons de la réouverture des écoles

Nous demandons à l’association Édit de Nantes et à la mairie de nous laisser à disposition ce bâtiment pour en faire un espace d’accueil inconditionnel.

De nombreuses personnes, des hommes, des femmes et des enfants, sont déjà là, pour apporter leur soutien et montrer qu’ils et elles veulent, plus que jamais, une Maison du peuple à Nantes.

Le collectif de la MDP et les autres personnes sur place ont été expulsées le soir-même vers 20h par les forces de l’ordre.