Sélectionner une page

Ce matin le 1er ministre,Jean Castex, en visite à Nantes, a annoncé un financement supplémentaire de 175M€ pour le #CHUTitanic : de l’argent pour financer des lits et des postes de soignant•e•s ou pour financer le béton et le désamorçage de bombes ?

Un premier pas vers une remise à plat du projet ? Le maintien de Laennec (rappelons que la vente du terrain rapporterait 30M€) ? Ou un simple comblement de la trésorerie du CHU de #Nantes qui a fondu a cause du #COVID19 ?

Une chose est sûre : ce projet contrarie de plus en plus nos édiles et avec STOP au transfert du CHU de Nantes on ne lâchera rien : on fera en sorte qu’ils ouvrent enfin les yeux sur ce projet scandaleux et absurde et qu’on ouvre enfin un #DébatCHUNantes « Le premier objectif est de faire face à l’épidémie qui nous frappe » a rappelé Jean Castex.

Souvenez-vous qu’à #Nantes on a fermé une centaine de lits pendant la crise sanitaire ! Comment fera-t-on à l’avenir avec un hôpital moins bien doté en lits et en nombre de soignant•e•s ?

Communiqué commun avec le collectif Stop au transfert du CHU de Nantes :

Annonce de Jean Castex : une preuve supplémentaire de la faiblesse du projet
de futur CHU

Le collectif Stop au transfert du CHU de Nantes a envoyé un courrier à Olivier Véran mi-février 2021 pour alerter le ministre de la santé sur l’infaisabilité financière du projet de futur CHU. Quelques semaines plus tard, Jean Castex annonce vendredi 26 février une rallonge du financement de l’État de 175 millions d’euros pour le futur CHU. Cette nouvelle semble être un premier pas, mais c’est aussi et surtout un aveu de faiblesse du projet

Lire +  CONFINEMENT - Améliorer le présent et préparer l'après.

Pourquoi cette rallonge ? Pour financer quelle partie du projet ? Pour réduire la part d’emprunt du CHU ? Pas de réponse, une nouvelle ombre s’ajoute au tableau. Sur le nombre de postes de soignant·e·s et de lits ? Silence radio : le premier ministre fait fi des enjeux cruciaux du projet. Une certitude : le gouvernement poursuit sa politique de destruction de l’hôpital public et a réaffirmé son soutien à ce projet anachronique et scandaleux, surtout dans le contexte actuel. 

Ces 175M€ sont une goutte d’eau dans l’océan des dépenses prévues et surtout imprévues du futur CHU. Rappelons que l’on parle d’un projet d’un milliard d’euros, principalement financé par la dette d’un CHU déjà exsangue après un an de crise sanitaire et des 12 ans de restrictions budgétaires imposées précisément pour financer ce projet. Et les dépenses fortuites ne font que commencer avec les deux bombes trouvées à quelques jours d’intervalle sur site prévu. Ces 175M€ arrivent donc à point nommé ! Cette annonce de rallonge confirme que le futur CHU (et la destruction de Laënnec et Hôtel Dieu) coûtera bien plus cher que prévu, en grande partie à cause du choix du site, inondable, alluvionnaire, bombardé en 1945, et difficile d’accès. 

Résultat : pas un centime pour la santé, mais des millions pour le BTP.