Dimanche soir, la liste Nantes ensemble a annoncé son ralliement à la liste menée par Johanna Rolland. Nous prenons acte de cette décision. C’est le choix du reniement. 

Nantes en commun avait pourtant offert une alternative crédible à Nantes ensemble pour tenter d’emporter la ville et impulser un tournant écologiste historique à Nantes. En effet, les scores cumulés de nos deux listes s’approchant du résultat obtenu par Johanna Rolland au premier tour, une campagne de trois semaines aurait pu nous placer en tête du scrutin. Par ailleurs, Laurence Garnier et Valérie Oppelt ont choisi de ne pas faire alliance, écartant le risque de “faire gagner la droite”. Les jeux étaient ouverts.

Nantes ensemble avait donc un choix clair : essayer de gagner pour mettre en place un projet ambitieux et profondément écologiste pour Nantes ou celui d’être sûrs de se renier en reconduisant la majorité sortante. Alors qu’ils crient à l’urgence climatique, ils ont fait le choix des petits pas en matière écologique. Ils aideront le PS à repeindre en vert une politique néfaste qui, en misant sur la croissance et la métropolisation, ne fait qu’aggraver la crise écologique et les inégalités sociales. Nouveau CHU, arbre aux hérons, extension de la cité des congrès, CAP44, ZAC Doulon-Gohards… : Les élus verts voteront les budgets pour tous les projets qu’ils ont critiqués pendant la campagne et auront beau jeu de proclamer qu’ils influent “de l’intérieur”. 

Alors que tout le monde appelle au monde d’après et même à la “Nantes d’après”, la mairie sera dirigée par la même majorité dans les six années à venir que les six années précédentes. Pouvons-nous vraiment attendre de cette majorité reconduite un changement et une politique à la hauteur des enjeux ? Comment ne pas se décourager ? Le manque de cohérence politique sur le fond ajoute un peu plus de méfiance envers le jeu politique. 

Plus que jamais, nous réaffirmons que l’essentiel de l’indispensable transformation sociale et écologique est à faire par les habitantes et habitants. Nous continuerons les mobilisations habitantes pour lutter contre les politiques anti-écologiques et anti-sociales, nous réapproprier notre ville et construire des communs qui feront de Nantes l’avant-garde d’une autre société, au-delà du capitalisme.