Sélectionner une page

Aujourd’hui ouvre le nouveau magasin Uniqlo, construit sur feu square Fleuriot et les vestiges de la muraille de Nantes au XIIIe siècle.

Dommage pour cette grande chaîne, elle ne pourra pas ouvrir en grande pompe comme prévu et préparé par les élus locaux — coronavirus oblige ! On se souvient effectivement d’Alain Robert, élu nantais et vice-président aux projets urbains à la métropole, qui, même en pleine campagne électorale, se félicitait de l’arrivée de cette marque de prêt-à-porter japonaise et du soit-disant apport bénéfique pour les autres commerçants du centre-ville (?).

On a là un bien bel exemple des conséquences des politiques de métropolisation et d’attractivité : on brade un espace public non marchand pour y construire un énième bâtiment — dont l’architecture dénote avec le reste du quartier pour dire les choses subtilement — pour accueillir l’un des symboles de la mondialisation. Le tout, promu par des élus locaux qui se targuent d’avoir bien joué les règles du système sans jamais les questionner, et qui, bien sûr, à chaque crise, tentent de nous faire croire qu’ils ont changé, qu’ils ont compris les enjeux écologiques et la nécessité de changer de modèle….

Mettons fin à ces politiques d’attractivité qui défigurent nos villes au nom de la sacro-sainte croissance, et qui sacrifient le bien vivre de ses habitant·e·s. Pour construire le monde de demain, commençons par tourner la page de la métropolisation ! 

Lire +  L’aventure Nantes en commun·e·s - Pourquoi la logique des communs nous inspire à Nantes